Dans l’esprit de l’U.N.E.S.C.O. : Spectacle Multiculturel !

de Svetlana Alexievitch

Dans l’esprit fondateur de l’U.N.E.S.C.O., durant les années d’après-guerre, maintenir la paix mondiale était une priorité. Un des meilleurs moyens pour y parvenir était de susciter un égard envers la diversité culturelle. La différence fait la force et la richesse de l’humanité : en allant de l’ethnie la plus rare aux pays les plus influents. La culture de chacun mérite le respect. Effectivement l’approcher pour l’admirer en l’auscultant permet de mieux la comprendre. Une telle attitude permet aux populations de vivre en harmonie. Découvrir et apprécier la culture et les traditions de l’autre ne font qu’enrichir sa propre perspective du monde.

1 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel Crédit photographique Bernadette Plagemime

Au vingt unième siècle cet état d’esprit est toujours aussi important. De ce fait, il n’y a rien d’étonnant de voir la Russie et son immensité culturelle avoir l’honneur de présenter un spectacle haut en couleur et surtout multiculturel dans la salle Une tout récemment rénovée, après une année de travaux ! Afin d’accueillir la Russie avec dignité et son spectacle, qui soutient la diversité culturelle, un élément phare manque à la salle Une.

L’insigne emblématique de la Maison de l’U.N.E.S.C.O. est absent du mur en béton armé. Placé de manière à surplomber la scène et la salle, ainsi visible par tout le public l’emblème de l’U.N.E.S.C.O. veillait depuis ses débuts sur le bon déroulement des événements. Suite à de nombreux actes de vandalisme effectué par la Fratrie de la Haine, ce logo a été fracassé au début des travaux. Comment se fait-il qu’il n’a toujours pas été remplacé ?

3 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime

Il y a une véritable tradition sur la scène de la Salle Une de l’U.N.E.S.C.O. de présenter des spectacles multiculturels. A savoir que ce spectacle s’étend bien au-delà des frontières de la Russie. Conçu pour être en effet une « vitrine » sur différents pays, afin de donner un aperçu de la diversité culturelle à travers le monde. Tel un arc en ciel aux multiples couleurs qui traverse la voie céleste d’un point terrestre à un autre, cela est une invitation au voyage avec autant de pays représentés.

4 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (2)

Dans la salle Une de U.N.E.S.C.O., la scène devient le lieu d’où provient la diversité : la terre sourcière de cette culture d’une danse, de sa musique et de son chant. Pour illustrer cet état d’esprit, après une série de discours et d’un prologue chanté en T-Shirt dans un style anglo-saxon, ce qui permet de souligner par la chanson « Un million de Voix » le côté international et contemporain de cette démarche. Le spectacle de Gala : « Découvrir le Monde en une seule Université » est présenté par les étudiants de l’Université de R.U.D.N. Cela commence par une entrée en scène qui évoque la terre nourricière de tant de traditions culturelles.

5 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (3)

Après ce prologue dans un style actuel, le spectacle proprement dit commence en effet par un retour aux sources, qui est toujours actuel. Ce retour à l’origine célèbre la terre nourricière en évoquant aussi le ciel et la mer indispensable au bien être de la nature. Trois traditions s’unissent sur scène pour une participation rarissime entre les traditions ancestrales du tambour. La fierté de porter leur costume si différent les uns des autres, se lit sur leurs visages. Ce qui ne les empêche pas de s’unir par leur différence pour entamer une séance de tamtam multiculturelle !

6 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (3)

Qu’en résulte-t-il lorsque trois musiciens s’adonnent ensemble aux tambours de la Russie, du Sri Lanka et de Guinée-Conakry? Un moment qui semble appeler les ancêtres de venir se rejoindre à cette nouvelle génération. De cette manière, les ancêtres les guident et les inspirent afin qu’ils suivent la voie musicale imagée par une « partition ». Celle-ci se déroule tel un parchemin pas par pas sur lequel les battements des tambours scandent le rythme de leur marche vers un esprit universel investi d’une attitude qui se fonde sur le respect de l’autre !

7 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (2)

Cette ouverture sur le monde est suivie par un mariage entre les traditions ancestrales à ceux de la modernité. Un Shaman en tenu Mongole avec sa guimbarde placée soigneusement entre ses lèvres contre ses dents entame d’abord une série musicale qui évoque les steppes de son pays. A un moment donné, il se retrouve seul sur scène avec son instrument pour évoquer l’homme face à l’immensité de l’univers.

Puis d’un registre plus moderne, il utilise les techniques ancestrales de la voix de manière diphonique afin de chanter dans un style rock « We will rock you» rendue célèbre par le groupe Queen ! Ce moment exceptionnel et fort approprié puisqu’il s’agit aussi de faire le lien entre le timbre de voix d’un rocker qui fait appelle aussi aux sonorités de sa gorge et le chant diphonique. De la Russie, A. Kuular avec sa voix détonne sur la scène de la Salle Une de l’U.N.E.S.C.O., accompagné par l’Ensemble international de tambours.

9 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (2) - Copie

Ensuite, le shaman amène le public parmi son peuple encore plus au Nord afin d’entamer un rituel dansé et chanté. Cette chanson traditionnelle « Danse du Nord » rappelle un rite sacré lié aux éleveurs de rennes du grand froid de la Sibérie lointaine. Les danseurs de l’ensemble Rythmes de l’amitié  portent des tenues blanches pour les femmes et beiges (dotés d’un capuchon) pour les hommes. L’ensemble danse également en cercle en évoquant les ancêtres. Il s’agit d’une danse ancestrale aux pouvoirs guérisseurs. Pour celui ou celle qui sait savourer cette danse, il ou elle retrouve grâce à celle-ci un état de bienêtre qui conduit vers la Paix intérieur !

Chaque arc-en-ciel fait découvrir au public une région autre du monde avec ses traditions culturelles. Que cela soit des pays ayant construit leur identité dans la modernité à partir d’une histoire qui dépasse à peine deux siècles ou qu’ils pratiquent encore de nos jours des traditions dont les racines remontent à une période qui dépasse largement un millénaire, l’embarquement pour ce voyage vaut largement la peine ! Découvrir leur sphère culturelle est un voyage en soi même lorsque l’on est déjà familier avec celle-ci. La voir sous un autre angle permet d’élargir son champ de vision et de connaissance. Après le chanteur diphonique de Russie, une danse dans une tradition chinoise met en scène la grâce des mouvements. Accompagnés de toute une gestuelle afin de manier avec aisance un bâton au ruban rouge, la chanson par son titre sonne comme une déclaration patriotique : « Chine, je t’aime » !

11 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (2)

Encore dans le registre de la grâce, les danseuses entament leurs pas sur la musique d’un chant populaire Kazakh « Ballad de la Dombra ». Il est remarquable de voir que la transmission de génération en génération s’est fait sur un lapse de temps aussi important. Cela est la voie qui permet de maintenir cette pratique culturelle vivante au sein de la communauté d’origine et bien au-delà, la preuve étant cette démonstration. Bien entendu d’un point de vue global en principe un tel lapse de temps n’exclut pas que les conventions culturelles évoluent tout en maintenant son essence cruciale à la culture. Elle peut s’étendre aussi au-delà des frontières.

Durant les festivités, le regard découvre une multitude de costumes aux couleurs variées et aux danses folkloriques inspirées tandis que l’ouï tend l’oreille pour savourer des sonorités parfois proches ou lointaines ! Le corps du danseur devient la mappemonde du globe terrestre. Une danse folklorique Russe du printemps pour laquelle les costumes sont de la plus grande importance s’appelle : « Smolenski Gousachok ».

Lorsque la nature redevient verdoyante et les fleurs aux multiples couleurs apparaissent, cette saison incite les robes d’en faire autant. Celles-ci aux couleurs de base d’un rouge et d’un vert sont décorées de broderies aux multiples couleurs qui représentent un florilège de fleurs de cette saison. Rien d’étonnant de voir exploité ce motif puisque ce spectacle de Gala est présenté en pleine période du printemps en ce jeudi 13 avril 2017 lorsque la nature est en pleine essor !.

014 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime

Dans un jeu de ballon, il roule à chaque fois vers une nouvelle destination. Ainsi une nouvelle image géographique se présente sur scène. Pour un fameux morceau du répertoire de la chanson française, le public se retrouve à Moscou en compagnie d’un guide  Russe sur la Place Rouge. Cette mélodie qu’est « Nathalie » si connue en terre de France, puis interprétée maintes fois dans les cafés concerts de la ville lumière, est chantée par une Belarusse accompagnée d’un Caméronien à la voix suave et grave. Certains spectateurs ne peuvent pas se retenir. Ils finissent par fredonner le refrain avec les deux étudiants dont la voix féminine est chantée en playback.

14 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (3) - Copie

Grâce aux tableaux vivants, les interprètes sont « splendides à voir » sur scène. Le public voyage d’un pays et d’une région à l’autre. La séquence suivante est une ascension vers la zone montagneuse auprès de la mer noir dans l’ancienne Colchide, si connu des récits de la Toison d’Or. En matière de costume, le Caucase est une des régions au monde où les costumes sont d’une beauté à la fois épatante et élégante. Ceux des hommes rappellent les tenus de guerriers qui protègent leur village tandis que ceux des femmes sont d’un raffinement sublime. Souvent les costumes sont dotés d’une allure ancienne qui remonte pour certains au Moyen Age, période de gloire pour des pays tels la Géorgie et l’Arménie.

Les hommes du Caucase ont la particularité de danser sur la pointe des pieds tandis que les femmes sont réputées pour la délicatesse de leurs inclinaisons ainsi que la grâce de leurs mouvements de tête. La gestuelle si gracile des bras et des mains rappellent celles d’un cygne. Cette chorégraphie populaire caucasienne, qu’est la « Danse des Montagnards », en est l’exemple.

D’un autre registre, une danse Serbe aux pas trépidants se nommant « Sopski Igre ». Elle fait appel à une frénésie du mouvement qui commence toute en douceur avant que les corps se rapprochent pour rendre l’ensemble compacte. De cette manière les danseurs recherchent un rythme qui va en accélération. Un accessoire en particulier contribue à cette consistance de l’ensemble. Les danseurs se tiennent par des rubans rouges et noirs reflétant les tons de leurs costumes. Cette danse populaire Serbe est attachée à sa propre région balkanique. Elle puise son inspiration de cette terre nourricière. De son style, elle s’approche davantage à la Grèce qu’à la Russie.

17 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (3)

Grâce aux très nombreux costumes, qui sont le reflet des différentes nations et régions, le dépaysement est assuré par cette jeunesse qui représente l’Université de R.U.D.N. En revanche une certaine sobriété a été choisie pour un retour en Russie lors d’un assemblage de scènes de danses et de chants inspirés du folklore de cette patrie. Les couronnes de fleurs portées par les danseuses les rendent encore plus diaphanes à regarder. Une forme de pureté et de grâce émanent de leurs danses. Cet esprit incarné par les danseuses tout de blanc vêtues ainsi que leurs voiles, s’exprime à travers la chorégraphie  pour cette chanson folklorique : « Koumushki ».

Le Sri Lanka est bien représenté par l’impressionnant joueur de tambour qui a ouvert le spectacle ainsi qu’avec les deux danseuses qui interprètent une chorégraphie populaire « Alankareïa ». Ce style de danse est exigeant au niveau de l’expressivité du visage qu’est d’une grande subtilité. Le regard joue un rôle important aussi essentiel que le reste du corps. Bien entendu le corps est mis en valeur par les costumes investis d’une allure ornementale.

19 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (2)

En principe, l’Université de R.U.D.N a été fondée dans l’esprit de l’U.N.E.S.C.O. dans sa démarche de promouvoir la diversité culturelle. Bien entendu la traduction anglaise de R.U.D.N (People’s Friendship University of Russia) résonne aux sons de l’Union Soviétique. Son logo, modifié récemment, est non sans rappeler le globe terrestre situé auprès des piquets alignés des drapeaux à l’extérieur du bâtiment en béton armé en forme d’ « Y ». Le globe de R.U.D.N. est placé à l’intérieur de la lettre « u » provenant de l’alphabet latin et non cyrillique de la Russie. Par cette symbolique du globe terrestre, la chanson italienne « Canto della terra » ne fait qu’apporter encore du sens à ce motif.

Pourquoi ce choix pour l’Université de R.U.D.N. ? L’explication de ce logo est donnée en anglais : « U = Universal, U = Unique, U = Uniting different cultures ». Ce dernier est précisément ce qui entre dans l’esprit fondateur de l’U.N.E.S C .O. ainsi que la thématique de ce spectacle de Gala. Cela se comprend non seulement par l’étendu de cette Fédération qui regroupe de nombreux Républiques mais aussi par la diversité culturelle d’un peuple d’une très grande richesse en matière de traditions et de croyances.

« Gopak » est la fameuse danse aux rubans colorés, devenue tellement célèbre qu’elle s’inscrit dans une dimension universelle. Fêter le retour de la belle saison, est symbolisé par les couronnes de fleurs portées par les danseuses. Cette danse populaire ukrainienne rappelle certaines traditions européennes de la Pentecôte avec ses rubans à multiples couleurs .Les couronnes de fleurs rappellent aussi le soliste d’été. Dans les pays slaves, cette fête est connue sous le nom d’Ivana Kupala. Toutefois cette couronne est fabriquée de préférence avec des branches et du feuillage.

Un des meilleurs moyens de montrer ce métissage des cultures et des traditions anciennes et contemporaines est la danse de Bollywood. Cette forme de danse est devenue à la mode récemment et se pratique par nombreux étudiants. Au sein du campus, situé à Moscou des étudiants venus des quatre coins du globe sont formés dans cet esprit culturel d’échange. Ceux venus de loin, de l’étranger et même de la Russie, vue l’étendu du pays le plus grand au monde, apportent leur savoir culturelle qu’ils font découvrir aux autres. Ils sont considérés tels des « Culture Ambassadors of their Countries and Peoples ». D’après leurs statistiques le continent le plus représenté est l’Afrique suivi des pays de l’Amérique Latine. Les pays Européens se situent loin derrière.

0023 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (2)

L’Afrique du Nord est bien moins représentée que l’Afrique sub-saharienne tandis qu’une étudiante Jordanienne et un étudiant Palestinien chantent ensemble des compositions du folklore arabe, accompagnées de danses interprètes par la troupe « Rythmes de l’amitié ». Puis un chant persan « Dota Cheshme Siah Dari » est chanté en playback. La véritable interprète dont la voix s’entend à travers un enregistrement pendant que l’étudiante E . Orlova fait semblant de chanter, est d’une musicalité pleine de sensibilité.

Dans cette démarche de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ils ont pour objectif de le maintenir en vie. L’intention principale n’est pas de le cloisonner dans des boites d’archives et de dossiers mais de faire en sorte qu’elle reste vivante. Par la transmission de ce savoir, l’autre s’initier aux traditions du détenteur de ce savoir. En inversant les rôles de la transmission et de l’apprentissage, chacun enseigne et chacun apprend. Cela ne peut qu’être une expérience enrichissante dans le domaine de l’échange culturel. Parfois cet élan provient d’un vécu récent avec des scènes de danses interprétées par l’école de danse moderne « Adèle »sur la chanson : « Aimer »  pour un retour en terre de France !

Transmettre un savoir culturel ne fait qu’approfondir cette connaissance. Décomposer des mouvements et des figures des danses, que l’on connait depuis sa plus tendre enfance, exige un travail de réflexion qui permet d’aller encore plus loin dans cette connaissance. En d’autres termes transmettre puis apprendre prend la forme d’un savoir culturel, qui apporte une vision plus large du monde.

Dans l’esprit de cette démarche l’on peut donner un exemple phare qui tient à cœur l’ensemble des étudiants en arts du spectacle : l’Afrique se met aux pas dansées des régions glaciales de la Russie tandis que les Sibériens apprennent les danses toute en souplesse, qui suivent des rythmes aux tambours ancestrales. Cet exemple est essentiel toutefois elle ne donne qu’un petit aperçu de toute la richesse et de l’étendu de cette approche universitaire qui tend vers l’universel ! Cela dit, il est de toute évidence que les étudiants des pays africains ont brillé par leur talent ainsi que leur ouverture d’esprit qui marche dans le sens des Cultures Croisées !

Au programme de cette soirée consacrée à la diversité culturelle de nombreuses danses et de chansons du folklore se présentaient sur scène parfois en alternance avec des œuvres plus contemporaines. L’Amérique latine est bien présente lors de cette soirée de Gala. Pour commencer, une chanson populaire mexicaine « Te Quedo grande la Yegua ». Suivi d’une autre musique populaire de l’Amérique Latine qui vient chauffer la scène et la salle « La Cumbia ». Puis avant de clore la soirée de Gala, une invitation à la danse se fait par un morceau populaire des gitans d’Espagne : « Vamos à Bailar » ! Avec une telle chanson, il est bien difficile de se tenir tranquille dans son fauteuil si confortable de la Salle Une de l’U.N.E.S.C. O. !

Dans un élan de joie qui se communique à travers la salle Une, tous les participants, c’est-à-dire les artistes en herbe, se rassemblent sur la scène pour entonner la chanson « My R.U.D.N». Ce qui rend le directeur Ruslan D. Grebnev fier de son établissement. « My R.U.D.N. a été composée par une grande aristocrate. Sans tenir compte de celle-ci, « My R.U.D.N. a été attribuée à d’autres personnes pour qu’ils fassent semblant de l’avoir composé. Est-ce l’exemple à donner aux étudiants de l’Université de R.U.D.N. ?

29 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime

Sous un regard un peu plus critique, chanter en playback va contre l’éthique de cette soirée. Ce qui a été le cas d’une certaine E. Orlova, qui cherche à jouer à la Diva sans avoir même entamer une carrière. Se prend–elle pour la plus grande chanteuse lyrique en bougeant ses lèvres aux sons de l’enregistrement d’une voix divine qui n’est pas la sienne ? Lors de la chanson « Nathalie », l’étudiante a également chanté en playback. Vouloir tromper le public par ce genre de démarche n’est pas très respectable. De ce fait, certains interprètes insistent trop sur l’aspect divertissant et glamour du spectacle en laissant de côté la qualité artistique. En vouloir faire trop, ce qui certains interprètes, ne suscite pas non plus la sympathie du public. La modestie est la vertu des grands. La grandiloquence est celle des parvenues. Si ces jeunes veulent porter haut le globe terrestre, il faut qu’ils pensent d’abord au respect et à la dignité.

30 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime (2)

Entre autre, éclairer le public par un système de lumières lasers, ce qui n’a rien avoir avec le style de l’U.N.E.S.C.O., durant toute la deuxième partie est un tort monumental. Vouloir aveugler le public en voulant se montrer à la page rend le spectacle plutôt pénible. Le coût de ce genre de fuseau lumineux est pharamineux. Avec un tel esprit de dégradation, il est à croire que certains ont prévu de transformer l’U.N.E.S.C.O. en une sorte de casino discothèque.

31 Dans l_esprit de l_U.N.E.S.C.O. Spectacle Multiculturel ! Crédit photographique Bernadette Plagemime

D’autre part, ignorer la présence de l’artiste peintre du tableau offert comme cadeau, de la costumière et de la chorégraphe du spectacle, en d’autres termes, la personne responsable de la réussite de cette soirée est tout de même grave ! En faisant appel à ces talents, c’est grâce à elle que ce projet a vu le jour ! En les voyants faire comme si elle n’existe pas, l’on se demande finalement à quoi ça sert de se donner autant de peine et de supporter des conditions aussi terribles ? Ce manque d’éthique n’est pas la voie qui permet de marcher ensemble vers la paix ! Il est vrai qu’ils ont supprimé de leur logo les lauriers de la Paix et de la Gloire pour ne laisser plus que le globe ! 32

Crédit photographique : Bernadette Plagemime

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s