Ballet Russe « La Princesse au Petit Pois »

de Bernadette Plagemime

L’attrait qu’un ballet peut susciter est souvent lié non seulement à l’intrigue et à la chorégraphie mais aussi à la musique qui donne le ton à ensemble de l’œuvre. Rare sont les occasions de voir un ballet auquel les pas se dansent sur la musique d’un certain Mozart.  En ce qui concerne les ballets d’origine Russes, le public est accoutumé à des compositeurs comme Tchaïkovski, Rimski-Korsakov, Prokofiev ou Stravinski.  Entendre Mozart sur une chorégraphie Russe d’après des contes de Hans-Christian Andersen est un événement en soi. Après réflexion, il semblerait plus exacte de dire qu’un seul nom se cache derrière tous les compositeurs mentionnés ainsi que l’auteure et le chorégraphe. Pour ce ballet en 2 actes avec trois tableaux, qui s’intitule « Princesse au Petit Pois », la chorégraphie se marie merveilleusement à la musique.

1 Ballet Princesse au Petit Pois Crédit photographique Bernadette Plagemime

L’œuvre commence par une  ouverture  instrumentale durant laquelle le spectateur peut apprécier la musique dans le noir avant le lever du rideau. Lorsque la danse commence le public découvre la « toile de fond », qui reprend un décor à l’ancienne. Grâce à la projection d’une image qu’est l’intérieur d’un château avec ses apprêts, le spectateur est transporté dans cet univers de la royauté. D’ailleurs deux personnages essentiels au déroulement de l’intrigue sont le Roi et la Reine.

2 Ballet Princesse au Petit Pois Crédit photographique Bernadette Plagemime

Leur manière de se mouvoir sur scène ainsi que leur gestuel  est en phase avec la musique. Ce qui donne de la grâce et de l’élégance à leurs mouvements ainsi qu’un côté espiègle, s’alliant au raffinement de la musique. Leur jeu de scène est tellement fascinant et riche qu’il finit par captiver le spectateur. L’expressivité de leur visage, les mouvements de leur tête ainsi que toute leur gestuelle sont investies par la musique  de telle manière que cette pantomime est une composition en soi. Elle attire le regard même lorsqu’ils se trouvent sur le côté tandis que les solistes entament un pas de deux. Leur présence sur scène même lorsqu’ils ne dansent pas apporte beaucoup à ce ballet. Ils excellent dans les passages de pantomime.  La richesse de l’expressivité de leurs visages ainsi que leur sens de l’attitude  attirent le regard même s’ils jouent parfois le rôle de spectateur sur scène. Cela n’est pas sans rappeler les habitudes d’un théâtre aristocratique d’une certaine époque.

Le Roi et la Reine apparaissent sur scène seulement après une série de personnages, qui s’occupent du ménage du château dès l’aube. Ces derniers portent de sortes de balais colorés qui servent à dépoussiérer le château en vue d’un événement exceptionnel. Leurs formes et leurs couleurs pastels ressemblent à des sucettes de foire, ce qui apporte un côté amusant et féerique à ce ballet. Plus précisément, cette dimension réjouissante, qui s’installe grâce aux accessoires, permet aux personnages de devenir le centre d’un jeu.

4 Ballet Princesse au Petit Pois Crédit photographique Bernadette Plagemime

D’un ton plus appliqué, ils se mettent à astiquer l’argenterie afin qu’elle brille de tous ses éclats lors du festin.  Tout dans le château doit être propre afin de  faire resplendir la fraîcheur et la délicatesse de ce lieu habité par le Roi et le Reine, si raffinés dans leurs mouvements. Cette journée est dédiée à leur fils dans l’espoir d’un heureux événement. Ces domestiques joués par des enfants sont pleins d’espièglerie et n’hésitent pas à taquiner le Prince de la maison peu après son réveil. D’autant plus qu’ils l’ont vu grandir et que ce jour équivalent un point tournant de sa vie. Cette bonne humeur matinale est la démonstration d’une certaine connivence qui existe entre les domestiques et les membres de la famille royale.

Rare sont les ballets qui commence avec un tel sentiment de joie mêlé à une sensation festive. A travers cette bonne entente, il semble évident que l’amour est présent parmi cette famille royale. D’ailleurs la question de l’amour est centrale à la trame et à l’émotion de ce ballet puisque le jeune Prince doit choisir son épouse en ce jour même ! Ce qui explique pourquoi il y a tant d’entrain ! Il faut être en mesure de recevoir une belle et authentique princesse venue de loin ou  expressément pour l’occasion en vue de rencontrer le Prince.

Cela revient au thème central du ballet choisir une véritable princesse. Toute la difficulté de ce choix réside dans l’épreuve de la sincérité afin de trouver une princesse véritable. La sincérité est la part primordial en vue de garantir un amour durable. La princesse  et l’amour réciproque doivent être authentique afin que l’union se fasse en vue de succéder au Roi et de régner sur son royaume. Les usurpatrices sont si nombreuses que cela rend sa tâche difficile. Trouver la Princesse qui incarne la sincérité est son souhait, ce qui conduit à la loyauté la plus royale qu’il soit.

 

Par conséquent, ce ballet joue sur la thématique que les apparences sont trompeuses. Les trois premières princesses jouent sur ce qui est en surface et non sur la pureté d’un sentiment. Pour cette raison, les quatre premières danseuses lui déplaisent. Ne jouant pas sur ce qu’il y a d’essentiel chez un être, elles mettent en avant leurs accessoires, leurs costumes, le maquillage et l’exotisme. La véritable princesse ne dépend que de ce qu’il y a de plus pure chez elle. De cette manière, elle gagne le cœur du Prince. Cela se passe ainsi puisqu’il n’est pas superficiel. De sous son parapluie bleu, elle arrive telle une « Ondine » trempée d’eau, ce qui la fait resplendir de douceur et de modestie.  Elle ne cherche pas à s’imposer avec une sorte de flamboyance artificielle.

D’un registre plus amusant, la Reine impose une autre épreuve. Celle-ci est sans faille selon la Reine et ne va pas sans déplaire aux enfants. Il suffit d’attendre le lendemain pour en être convaincu. Il s’agit de l’épreuve du « Petit Pois ». Ce ballet d’apparence simple destiné à un public d’enfants est chargé de sens et de symboles, qui dépassent largement l’entendement d’un enfant tout comme le conte qui sert de source d’inspiration.  C’est alors que le titre du ballet entre en jeu. La princesse doit passer le test du « Petit Pois ». Effectivement une princesse est connue pour une certaine délicatesse. Il s’agit aussi d’une astuce de mise en scène permettant de mettre en place un jeu et une chorégraphie qui plaisent finalement autant aux enfants qu’aux adultes.

Après la série des faux Princesses déplaisantes, la nuit est réservée au sommeil de la famille royale tandis que la Princesse tente de dormir. Toutefois un « Petit Pois » se trouve sous les matelas. Ce qui entraîne

une série de courbatures et de douleur au réveil. Par ses attitudes qui affectent son comportement, il  est tellement évident qu’elle a passé une mauvaise nuit. Lorsqu’elle rejoint le foyer du château auprès de la Reine, elle n’a plus aucun doute sur la pureté de sa lignée royale. Il est donc temps de célébrer le mariage !

D’inspiration d’un conte d’un certain  Hans Christian Andersen, d’autres personnages de son univers viennent peupler l’imaginaire non seulement des enfants mais aussi de la scène. Grâce à cette thématique, ils représentent les invités déguisés venus spécialement pour fêter l’amour et l’union du Prince et de sa Princesse si sensible. Des passages chorégraphiques se succèdent avec  ces personnages de conte de Fée  ainsi que quelques animaux bien divertissants tels le renne. Il s’agit de moments amusants et festifs avant la grande finale.

11 Ballet Princesse au Petit Pois Crédit photographique Bernadette Plagemime - Copie

Suite à ce déroulement de scènes dans un esprit espiègle, le Prince et l’élue de son cœur entament un pas de deux investi d’une touche romantique dont l’osmose de la respiration et des déplacements priment.  Ce passage sublime est plein de grâce et de raffinement. Un sentiment amoureux transparaît à travers la délicatesse de leurs mouvements et la tendresse de leurs regards. !

012 Ballet Princesse au Petit Pois Crédit photographique Bernadette Plagemime

Crédit photographique : Bernadette Plagemime

12 Ballet Princesse au Petit Pois Crédit photographique Bernadette Plagemime

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s